Les plus grands poètes du sacré sont, et ont été parmi les plus engagés,

                                         les plus réalistes et les plus rebelles de ce monde ...


                  et c'est sans doute grâce à la poésie, et à leur faculté de s'évader dans le rêve, 

                                          qu'ils ont pu supporter la folie et la barbarie des hommes...

 

                                                                                                                                       Gabrielle Ségui


             Je préfère être le dernier des hommes avec des rêves et le désir de les réaliser,

                                       plutôt que le plus éminent sans rêve ni désir

                                                                                                                                               Khalil Gibran



 Je suis un étranger dans ce monde....


Je suis un poète qui versifie la prose de la vie, et qui compose en prose ce que la vie versifie.


Pour cette raison, je suis un étranger, et je resterai un étranger jusqu'au moment où les ailes blanches et fraternelles de la mort me ramèneront chez moi dans mon beau pays.


 Là, où habitent la lumière, la paix et la compréhension, j'attendrai les autres étrangers qui seront sauvés de ce monde mesquin et sombre par le piège amical du temps.

                                                                                                                                                                                                                               Khalil Gibran

 


 

 Il y a une poignée d'Âmes dans ce monde qui paraissent ne pas appartenir à cette terre,


                           mais qui ont dû être déviées de leur trajectoire sur leur chemin vers une autre planète, un autre monde.                                                                                                                                                                                                      Khalil Gibran

                                                                                                   


Moi et le rivage nous sommes amants :

Le vent nous unit et nous sépare.

Je viens de l'au-delà du crépuscule

Pour unir l'argent de mon écume à l'or de ses sables ;

Et je rafraîchis son coeur brûlant de mon humidité.

Quand l'aube point, je lis la loi de la passion à mon bien-aimé,

Et il m'attire sur son coeur.

Au soir je chante la prière du désir,

Et il m'étreint.

                                                                                "Chant de la vague" Khalil Gibran



 

 

 De Bcharré à New York

 

 



Khalil Gibran est né le six janvier 1883 à Bcharré, une ville de montagnes au nord du Liban.

Sa mère, Kamila Rahmy , fille d'un prêtre chrétien maronite avait déjà un fils d'un premier mariage "Pierre", le demi-frère tant aimé de Gibran.

Après la mort de son mari au Brésil où elle avait émigré, elle regagna le Liban où elle épousa en deuxième noce le père de Gibran, un homme simple, éleveur et marchand de moutons. De cette union naquirent trois enfants, Khalil, Mariana et Sultana ses deux soeurs dont il était très proche.

Cette mère qu'il adorait, érudit et très bonne chanteuse leur apprit la musique , le goût des arts, et eut certainement sur Gibran une influence très importante.

Alors que Gibran a douze ans, et en raison de difficultés matérielles, la famille émigre "sans le père" à Boston aux États-Unis, où ils ouvrent une épicerie.

Pendant trois ans et demi, l'adolescent fréquente une maison de quartier où il suit des cours d'anglais et de dessins. Étonnée et séduite par son talent naissant, son professeur de dessin, Florence Pierce, le présente à une assistante sociale très influente qui le recommandera " avec insistance" à un artiste photographe "Fred Holland Day". Ce dernier le prendra sous son aile, lui fera découvrir la littérature , les arts, et l'encouragera à dessiner.

En 1898, sur son instance, sa mère le renvoya à Beyrouth au Liban où il passa son baccalauréat à "Madrasat al-Hikmat", la célèbre école de la Sagesse.

C'est à cette époque qu'il va connaître sa première désillusion amoureuse; Il s'éprend d'une jeune fille dont le nom pourrait être en vérité "Hala El-Dahir" qui était promise à un autre homme selon la tradition au Liban. Le frère de la jeune fille estima que Gibran n'était pas assez bien né pour prétendre épouser sa jeune soeur. Ce qui inspira au poète l'écriture de son merveilleux livre "Les ailes brisées".

Pendant ce temps, sa plus jeune soeur Sultana, malade depuis deux ans, décède alors qu'elle avait à peine quatorze ans.

De retour à Boston, il va vivre d'autres grands chagrins: La mort de son demi-frère Pierre, et malheureusement celle de sa mère qu'il vénérait par dessus tout, emportée par un cancer.

En 1904 Gibran rencontre une directrice d'école "Mary Haskel"qui s'intéresse à ses peintures et à ses écrits. De dix ans son aînée, elle le conseillera, l'aidera dans les traductions de ses textes, et lui procurera des aides financières et indéniablement facilitera la reconnaissance de ce jeune émigré Libanais qu'elle admire et en qui elle croit. Entre eux s'installera une grande complicité qui se transformera en une amitié amoureuse qui durera jusqu'à la mort de Gibran.

En 1908 , Gibran retrouve Paris pour trois ans où il travaille à l'académie des beaux-arts, entouré des grands artistes de ce temps tels que Debussy, Maeterlinck, Edmond Rostand et aussi le sculpteur Rodin.

Riche de ces années dans la ville des arts et de la culture, Gibran s'installe à New-York ou il va continuer à publier des articles dans des journaux, à peindre et surtout à écrire.

En 1911 commence une correspondance avec May Ziadha, une journaliste d'origine Palestino-Libanaise installée au Caire en Égypte.

Au fil des années, elle deviendra "le grand Amour de Gibran", la femme orientale idéale de ses rêves. Elle restera aussi jusqu'à sa mort, le lien avec sa culture et avec l'Orient, et sans doute celle qu'il aima sans jamais la rencontrer.

Durant les sept dernières années de sa vie, où Gibran déjà souffrant se sentait seul, une admiratrice professeur d'anglais "Barbara Young" lui proposa de l'aider dans son travail. Après la mort de Gibran, elle rassembla les chapitres du "Jardin du Prophète" inachevé, et veilla à sa publication.

Avec une santé fragile et une vie acharnée à construire son oeuvre sans relâche, Khalil Gibran s'éteint le dix avril 1931: il avait quarante huit ans.

Après que la ville de New-York lui ait rendu un dernier hommage, sa dépouille fût rapatriée au Liban et fut accueillie comme celle d'un homme d'état.

 

Khalil Gibran s'est éteint à New-York le 10 avril 1931 et repose aujourd'hui au vieux monastère de Mar Sarkis dans le Wadi Kadisha (vallée Sainte) tout près de Bcharré au Liban.

 

Gabrielle Ségui 
"Inspiré des nombreuses biographies publiées sur K.Gibran"
                      

.


 

« Le papillon continuera à voler et à se déplacer dans les champs, et la rosée brillera toujours entre les herbes.

 

Même après que les pyramides d'Egypte se soient effacées, et lorsque les tours de New-York n'existeront plus.» 

                                                                                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                                                            Khalil Gibran



.

Images

L'ancêtre des jours par William blake

Un autoportrait de Khalil Gibran

" Bcharré " Photo © Dave Bruey

" Le monastère de Mar Sarkis " dans le Wadi Kadisha

 

* * *

 

* * *

 

 

* * *

 

* * *

 

SOUS LES ARBRES "Le Blog"

 

 

* * *

 

  

N-B

J'avais créé ce site en hommage au penseur Libanais Gibran Khalil Gibran au début des années 2000 sur un premier hébergeur qui a fermé depuis.

Aujourd'hui je l'ai reconstruit sur cette nouvelle plateforme pour mon plus grand plaisir et celui des lecteurs du poète et visionnaire Khalil Gibran.

 -Gabrielle Ségui-